Au Grand Chelem de Paris, treize médailles françaises mais aucun titre

Du beau judo au Grand Chelem de Paris ce week-end. Un parfum de Tokyo avec une razzia japonaise sur les médailles d’or (7 titres pour les Japonais). Une pluie de cinq médailles d’argent et huit de bronze pour la délégation française, mais malheureusement aucun titre.

Panorama par catégories :

– 48 kg :

Les françaises Mélanie Legoux-Clément (deuxième), Shirine Boukli (troisième) et Blandine Pont (troisième) trustent le podium. Mais toutes trois ont été battues par la n°2 Japonaise Wakano Koga, absente à Tokyo mais vice-championne du monde à Budapest en Juin dernier. On peut saluer la belle confirmation de Blandine Pont à ce niveau après sa victoire en Grand Prix à Zagreb le mois dernier. C’est désormais un match à trois assez équilibré pour les trois Françaises de la catégorie.

La place de 3 de Blandine Pont

– 60 kg :

Le titre revient à l’Azéri Balabay Aghaev, performant en junior mais qui n’avait pas encore confirmé chez les seniors. Beau parcours du junior français Romain Valadier Picard, finalement troisième après son élimination en quart de finale. Romain confirme sa superbe fin d’année en junior (champion d’Europe pour la deuxième fois et troisième aux Championnats du monde). Il est évident que Romain va encore progresser techniquement et physiquement. On est curieux de le voir confronté au n°1 français et médaillé olympique Luka Mheidze, une fois que ce dernier aura repris.

La place de 3 de Romain Valadier Picard

52 kg :

Astride Gneto, deuxième, réalise un beau tournoi, mais elle aurait dû remporter sa finale contre l’Israëlienne Gefen Primo. Largement dominée, proche de sa troisième pénalité, Primo doit sa victoire à un contre opportuniste sur une Astride Gneto qui n’était pas tout à fait à terre, suite à une attaque forte. Astride saura certainement tirer des leçons de cette défaite. Chloé Devictor, qui a elle aussi réalisé une saison remarquable en junior, rate de peu le podium (cinquième), mais ce résultat est plein de belles promesses pour l’avenir.

– 66 kg :

On ne s’étonne jamais assez de l’extrême densité des combattants japonais. Les Japonais sortent en Grand Chelem des combattants totalement inconnus à l’international … et ils se retrouvent en finale ! Le jeune vainqueur Ryoma Tanaka (19 ans), auteur d’un beau mouvement de bras au terme d’un combat assez fermé, va sans doute être de plus en plus visible (également sélectionné pour le Grand Chelem de Bakou). Son adversaire Taikoh Fukisaka a déjà 25 ans, personne ne le connaît hors du Japon, mais il réalise un bon tournoi, éliminant notamment les deux Français finalement sur le podium. Walyde Khyar, monté en 66 kg, était attendu à haut niveau et il n’a pas déçu. Auteur d’une journée dense, au niveau physiquement, Walyde finit par remporter de haute lutte le bronze contre le redoutable Moldave Denis Vieru (13ème mondial). La médaille de bronze d’Orlando Cazorla était moins attendue, mais quel pion en combat pour la troisième place ! Un des plus beaux ippons du tournoi. Enfin, le junior Maxime Gobert a eu la malchance de combattre contre Tanaka, futur vainqueur, au premier tour. Et il n’a perdu que de justesse. Maxime est au niveau et aura bientôt l’occasion de le montrer chez les seniors.

Le « pion » d’Orlando Cazorla en place de 3

– 57 kg :

Belle médaille de bronze pour la junior française Faiza Mokdar. Une belle fin d’année pour elle aussi. Elle est de taille à se mesurer désormais à Sarah Cysique, vice championne olympique. Le titre revient à la japonaise Haruka Funakubo, peu connue.

– 73 kg :

Kenshi Harada, 23 ans, est encore un de ces combattants qui n’avait quasiment jamais été vu hors du Japon. Et pourtant, le voilà vainqueur en Grand Chelem. En finale, il bat l’une des belles surprises françaises du week-end, Théo Riquin, auteur d’un très beau parcours. Guillaume Chaine est toujours présent du haut de ses 33 ans, mais un peu juste pour sa reprise (finalement cinquième, après une journée au charbon). Le junior Joan-Benjamin Gaba a eu la malchance de tomber sur Harada dès le deuxième tour et s’est incliné.

– 63 kg :

La victoire est remportée par l’une des favorites, la Portugaise Baraba Timo. Manon Deketer réalise une belle journée et s’empare du bronze, après avoir battu des combattantes bien classées, nota mment la Néerlandaise Geke Van den Berg, 19ème mondiale, au deuxième tour.

81 kg :

Le Japonais Takeshi Sasaki, déjà vainqueur en Grand Chelem, remporte cette catégorie, s’offrant le scalp du n°1 mondial Géorgien Tato Grigalashvili (cinquième aux Jeux de Tokyo). Tizie Gnamien, finalement cinquième aujourd’hui, n’a pas mérité. Alpha Oumar Djalo a disparu rapidement du tableau. Dans cette catégorie, on aurait vraiment aimé voir Loïc Pietri combattre. A bon entendeur…

– 70 kg :

Les trois Françaises engagées ont été éliminées rapidement dans cette catégorie remportée par la Japonaise Saki Niizoe contre la Croate n°1 mondiale Barbara Matic (cinquième aux Jeux de Tokyo) en finale.

90 kg :

Alexis Mathieu réalise un beau tournoi mais échoue finalement en place de 3 contre le Géorgien Luka Maisuradze. La catégorie est remportée par le solide Japonais Kenta Nagasawa.

– 78 kg :

Audrey Tcheuméo, éliminée au premier tour, devra attendre encore un an avant de remporter sa quatrième médaille d’or à Paris. La catégorie est remportée par la Russe Aleksandra Babintseva.

– 100 kg :

Le n°1 mondial, le Russe Arman Adamian, remporte logiquement la médaille d’or. Les Français Cédric Olivar et Clément Delvert n’ont pas démérité mais doivent se contenter des places d’honneur.

+ 78 kg :

Un peu de déception dans cette catégorie, malgré les trois médailles françaises de Léa Fontaine (deuxième), Coralie Hayme et Julia Tolofua (troisièmes). Nous restons sur notre faim car tant Julia Tolofua en demi-finale que Léa Fontaine en finale avaient le potentiel pour défaire la combattive Israélienne Raz Hershko. Hershko avait déjà mis en évidence son état d’esprit de guerrière lors de l’épreuve par équipes mixtes des Jeux de Tokyo. Aujourd’hui, elle avait plus faim que nos Françaises, pourtant présentes en nombre.

+ 100 kg :

Quel plaisir de revoir Cyrille Maret sur un tatami ! Monté en +100 kg, Cyrille montre qu’il y a toute sa place. En demi-finale il l’emporte contre Joseph Terhec, qui semblait pourtant prendre l’ascendant, sur un étranglement plein d’opportunisme. Joseph Terhec était dévasté et Cyrille a pris de longs moments pour le réconforter. Quel grand monsieur. Merci pour tout, M. Maret. Tehrec a su se remobiliser pour accrocher le bronze. Il continue sa progression certaine, lui qui possède un avantage en termes de gabarit sur de nombreux adversaires. En finale, contre le Russe Inal Tasoev, Cyrille Maret marque rapidement waza-ari sur tomoe-nage. Le Russe égalise sur un joli contre, puis, un peu plus tard, conclut sur immobilisation. Une belle finale pour conclure ce Grand Chelem de Paris.

L’étranglement opportuniste de Cyrille Maret en demi-finale et le beau moment de sportivité qui s’en est suivi