Championnats d’Europe Juniors de judo 2021 : L’art noble du ne-waza (en vidéo)

Sur les trois finales françaises gagnées en individuel, trois combats remportés par ippon au sol, et de belle manière pour Romain Valider Picard (-60 kg) et Maxime Gobert (-66 kg), de nombreuses immobilisations et clés de bras dans l’épreuve par équipes mixtes, … L’encadrement français semble performant dans l’enseignement de l’art noble du ne-waza.

Les championnats d’Europe junior de judo ont pris fin ce dimanche suite à l’épreuve mixte par équipes. Le bilan individuel est très positif pour l’équipe de France, qui a terminé deuxième au tableau des médailles individuelles derrière la Russie, et a remporté l’épreuve par équipes mixtes.

Epreuves individuelles

Commençons par les trois titres obtenus par Romain Valadier Picard (-60 kg), Maxime Gobert et Léa Fontaine (+78 kg).

Romain Valadier Picard, plus entreprenant au début de sa finale contre le Géorgien Giorgi Sardalashvili, rapidement pénalisé pour non combativité, conclut son combat sur une très belle séquence de ne-waza, mettant en évidence le niveau technique déjà atteint par le jeune combattant français. Empêchant son adversaire de se relever, puis le menaçant d’une clé de bras, Romain bascule en avant et transforme sa tentative de juji-gatame en immobilisation, assis sur sa tête.

Maxime Gobert, face à un adversaire Russe, Kantemir Kodzov, couvert de bandages lors de la finale, terminait son combat à l’issue d’une semblable séquence de ne-waza. Le début de combat était équilibré. Le Russe laissait entrevoir à deux reprises un uchi-mata qui aurait pu être dangereux, mais était également pénalisé. Lors de la première séquence en sol, après à peine une minute de combat, Maxime réalisait une manœuvre très semblable à celle de Romain – menace de juji-gatame puis immobilisation – sous les applaudissements du staff et de ses coéquipiers.

Il est agréable de voir ce type de séquence au sol en junior, surtout lorsqu’il s’agit de combattants français. Le chemin est encore long jusqu’au plus haut niveau et jusqu’à Paris 2024, mais le staff semble capable de « fabriquer » des combattants complets au cours de l’olympiade. Romain et Maxime semblent a minima bien armés pour faire leurs premières armes dans les grands tournois senior. On espère les voir au Grand Chelem de Paris devant se tenir les 16 et 17 Octobre prochains.

La finale victorieuse de Léa Fontaine (+ 78 kg), obtenant ainsi son troisième titre européen junior, fait suite à un combat plus fermé face à la seconde Française, Coralie Hayme. Très supérieure en termes de gabarit, déjà performante en senior, Léa ne laissait guère d’espoir à Coralie de la faire tomber. Mais Coralie parvenait à faire monter les pénalités, Léa étant déjà pénalisée deux fois. Après 2mn45 de combat, Léa contrait la tentative d’ippon seoi à gauche et à genoux de Coralie, marquait waza-ari et concluait le combat par immobilisation.

Cela n’a pas été le plus beau combat du tournoi, mais cette finale franco-française illustre encore l’extrême densité en +78 kg en équipe de France. La médaille d’argent de Léa Fontaine à l’Euro senior cette année ne sera très probablement pas sa dernière médaille en grand championnat. Léa est très solide et elle sait utiliser son avantage physique. Mais elle doit encore nettement progresser techniquement si elle veut vraiment concurrencer Romane Dicko en vue des Jeux de Paris 2024.

Outre ces trois médailles d’or et la médaille d’argent de Coralie Hayme, quatre autres médailles ont été récoltées par l’équipe de France. L’argent pour Arnaud Aregba ( -81 kg), Chloe Devictor (-52 kg), Faiza Mokdar (-57 kg), et le bronze pour Léa Beres (-48 kg). Notons encore les cinquièmes places de Mélodie Turpin (-63 kg) et Kaila Issoufi (-70 kg), et les septièmes places de Habi Magassa (-78 kg) et Orso Dermee (-100 kg).

Au total donc, 8 médailles dont 3 titres, 12 combattants classés. L’équipe féminine classe une combattante dans les 8 premiers dans toutes les catégories. D’autres combattants, tels Joan-Benjamin Gaba (-73 kg) et Maxime Ngayap Hambou (-90 kg), non classés, auraient pu faire mieux en individuel, comme l’ont montré leurs belles performances par équipes mixtes. Il est certain qu’ils auront à nouveau leur chance. Globalement, de belles promesses dans cette équipe, désormais à concrétiser en senior.

Epreuve par équipes mixtes

Dans l’épreuve par équipes mixtes, l’équipe de France s’impose avec autorité contre la Pologne en quarts de finale (4-2) puis contre la Géorgie en demi-finale (4-1). Nous ne résistons pas à la tentation d’attirer votre attention sur une nouvelle séquence de ne-waza intéressante, à porter au crédit de Joan-Benjamin Gaba (-73 kg) en demi-finale contre le Géorgien Kope Kapanadze.

En finale, c’est la Turquie, vainqueur surprise de la Russie en demi-finale, qui se dresse sur la route de l’équipe de France. Joan-Benjamin Gaba (-73 kg) y remporte sa troisième victoire par ippon en autant de combats par équipe, Mélodie Turpin (-70 kg) et Maxime Ngayap Hambou (-90 kg), lui aussi vainqueur de ses trois combats ce dimanche, donnent trois points d’avance à la France, et Léa Fontaine de conclure en +78 kg en moins de 20 secondes sur immobilisation ! Une finale presque trop courte pour que l’on puisse savourer la remarquable performance de l’équipe, absolument jamais inquiétée en finale. Et puisque nous avons mis cette compétition sous le signe du ne-waza, nous concluons cet article par la belle clé de bras de Mélodie Turpin lors du deuxième combat de la finale.

Bruno Roujon