Loïc Pietri : le retour du guerrier (Tournoi de Sarajevo)

L’ancien champion du monde Loic Pietri réalise un beau retour sur le devant de la scène avec sa convaincante victoire au Tournoi continental de Sarajevo en -81 kg. A 31 ans, il n’a rien perdu du niveau technique de ses plus grandes années et est bien affuté physiquement.

Loïc Pietric possède un beau palmarès en -81 kg : champion du monde 2013, triple médaillé mondial, double médaillé européen, vainqueur en Grand Prix, médaillé en Grand Chelem et sélectionné aux Jeux de Rio 2016 (où il est éliminé par son compagnon de route, le Canadien Antoine Valois-Fortier, lui aussi toujours sur le circuit).

La victoire de Loïc Pietri aux Mondiaux de 2013 (source : worldjudotoday.com)

Après les Jeux de 2016, Loïc Pietri monte en -90 kg, mais il n’y rencontre pas le même succès. A la fin Mars 2021, face aux difficultés, notamment physiques, rencontrées par le n°1 français Alpha Oumar Djalo en vue des Jeux de Tokyo, Loïc Pietri demande aux instances fédérales qu’on lui laisse sa chance pour un retour en -81 kg. Ce qui fut fait au Grand Chelem d’Antalya, mais Loïc ne parvient pas à s’y classer, et ensuite le timing était trop court pour espérer une qualification olympique, que n’obtiendra pas non plus en définitive Alpha Oumar Djalo.

Sélectionné pour le tournoi de Sarajevo parmi de nombreux autres combattants français, Loïc Pietri y a réalisé une prestation remarquable et se repositionne dans la hiérarchie nationale. Nettement supérieur à ses adversaires des deux premiers tours, le Suisse Yannic Johner et l’Italien Leonardo Casaglia, Loïc se défait en quart de finale du jeune mais coriace Britannique Lachlan Moorhead. C’est bien lui qui est à l’initiative de ce combat, et son seoi inversé finit par faire mouche pour un waza-ari, après plusieurs tentatives esquivées de justesse par son adversaire. En demi-finale, c’est Alpha Oumar Diallo qui se dresse sur la route de Loïc Pietri. Loïc y démontre son intelligence tactique, parvenant à maintenir son waza-ari d’avance malgré une légère baisse de régime physique en fin de combat. Et en finale, face à un autre judoka Français, Quentin Joubert, Loïc marque rapidement deux waza-aris, dont un nouveau ippon seoi inversé, pour remporter le tournoi.

Ce tournoi de Sarajevo ne réunissait pas les tous meilleurs judokas mondiaux, mais Loïc Pietri y aura montré qu’il faudra compter avec lui en vue de Paris 2024. Tous les meilleurs français étaient alignés en -81 kg, et ce n’est certainement pas un choix fait au hasard par le staff, dans cette seule catégorie sans représentant français à Tokyo. Son retour en -81 kg a manifestement été bien préparé et exécuté. Il ne figure pas dans la sélection pour le Grand Chelem de Paris, mais il est évident que sa prestation d’aujourd’hui lui ouvrira les portes de l’équipe de France pour d’autres grands tournois. Son seoi inversé a fait des merveilles aujourd’hui, et il pourrait bien en être de même face à des adversaires du plus haut niveau mondial. Alpha Oumar Djalo a lui aussi réalisé un bon tournoi, terminant finalement troisième, mais il devra mettre les bouchées doubles pour résister au retour du guerrier.

Outre la victoire de Loïc, le tournoi de Sarajevo, où l’équipe de France s’est présentée en grand nombre, a vu quatre autres combattants français remporter la médaille d’or : Léonie Gonzales en -52 kg, Stessie Bastareaud en + 78 kg, Maxime Merlin en -60 kg et Joseph Terhec en +100 kg.

Bruno Roujon