Sélection pour le Grand Chelem de Paris (16 et 17 Octobre) : le choc des générations

Sur la route de l’olympiade qui se conclura à Paris 2024, l’édition du cinquantenaire du Grand Chelem de Paris 2021 est l’une des premières grandes étapes. C’est un long périple qui conduira les judokas français de Paris à Paris, de l’AccorHotels Arena de Bercy, site du Grand Chelem, à l’Arena Champs de Mars, site des futurs Jeux Olympiques.

La cellule de haut niveau du judo français, sous la conduite de Larbi Benboudaoud, a annoncé aujourd’hui la sélection pour le tournoi, qui aura lieu les 16 et 17 Octobre prochains. Comme attendu, et comme déjà apparent concernant le tournoi de Sarajevo qui aura lieu ce week-end, et où combattra une véritable armée de 69 combattants français, le staff est engagé dans une large revue d’effectifs pour ce premier tournoi majeur en seniors suite aux épreuves de Tokyo 2020. Un total de 56 judokas, 28 femmes et 28 hommes, soit 4 par catégorie, seront alignés à Paris. Quelques places restent à attribuer, mais à ce jour aucun médaillé olympique de Tokyo ne figure dans la sélection. Une double médaillée olympique, Audrey Tcheuméo (2012 et 2016), un médaillé olympique de Rio 2016, Cyrille Maret, monté en +100 kg, une médaillée olympique de Londres 2012, Priscilla Gneto, montée en -57 kg, et des sélectionnés olympiques de Tokyo côtoient dans cette sélection leurs principaux rivaux dans la hiérarchie nationale et les juniors les plus en vue aux récents Championnats d’Europe. Nous aurons le grand plaisir de les revoir sur les tatamis. Et nous sommes impatients de voir les juniors s’étalonner au plus haut niveau et, peut-être, marquer les esprits.

Revue rapide des catégories :

-60 kg

On ne peut que se réjouir de voir Romain Valadier Picard, très performant ces derniers mois et lors des récents championnats d’Europe junior qu’il a remportés pour la deuxième fois, avoir une opportunité de participer à un grand tournoi senior. En l’absence de Luka Mheidze, il sera accompagné par Jolan Florimont, le reste de la sélection restant à annoncer.

-66 kg

Un beau choc des générations en perspective. En l’absence de Kilian Le Blouch, Walide Khyar, 26 ans, monte depuis la catégorie inférieure, dans laquelle il a remporté ses plus beaux succès. Maxime Gobert, tout frais champion d’Europe junior pour la deuxième fois, aura l’occasion de s’étalonner au plus haut niveau. Orlando Cazorla et un autre combattant restant à déterminer les accompagneront.

-73 kg

Guillaume Chaine, bientôt 35 ans, champion olympique par équipe, contre Joan-Benjamin Gaba, 20 ans, champion d’Europe junior 2020 et très performant lors de l’Euro junior 2021 par équipes … On ne pouvait pas rêver plus éminent choc des générations. Enzo Gibelli et un combattant encore indéterminé prendront également part au tournoi.

-81 kg

Non sélectionné à Tokyo, Alpha Oumar Djalo devra se faire respecter s’il veut conserver le leadership français de la catégorie. Arnaud Aregba, deuxième aux championnats d’Europe juniors, Tizie Gnamien et Baptiste Pierre sont les autres judokas français.

-90 kg

Aurélien Diesse n’a que 23 ans, mais fait presque office d’ancien de la catégorie quand on voit qu’aucun de ses coéquipiers Francis Damier, Alexis Mathieu et Maxime-Gaël Ngayap Hambou ne dépasse 20 ans. Ils ne sont pourtant de loin pas sans référence : Francis Damier est champion d’Europe junior 2020 et Maxime-Gaël Ngayap Hambou a participé activement au titre de champion d’Europe junior par équipe 2021. Une large revue d’effectifs pour combler le vide qui pourrait être laissé par Axel Clerget.

-100 kg

Alexandre Iddir, deuxième à Paris en 2015, sera présent en personne pour défendre son leadership national. Cédric Olivar, 25 ans, pourrait surprendre. Khamzat Saparbaev est un junior prometteur.

+100 kg

Cyrille Maret ne semble pas du tout prêt à raccrocher son judogi, et nous nous en réjouissons avec lui. Monté chez les lourds, il aura fort à faire face à Joseph Terhec, qui cherche à se positionner au sommet de la hiérarchie nationale au cas où Teddy Riner devait être empêché d’aller jusqu’à Paris 2024.

-48 kg

Shirine Boukli aura à coeur de reprendre sa place dans la hiérarchie mondiale après son échec de Tokyo. Elle retrouvera sa principale rivale Mélanie Clément et les deux jeunes combattantes Blandine Pont et Mélanie Vieu.

-52 kg

Astride Gneto sera la tête de liste française en l’absence d’Amandine Buchard. Chloé Devictor, récente vice-championne d’Europe junior, aura une belle occasion de se positionner en seniors. Léonie Gonzales et Anaïs Mosdier complètent la sélection.

-57 kg

Un grand écart dans cette catégorie, entre les 30 ans de Priscilia Gneto, médaillée de bronze olympique à Londres 2012 en -52kg, et les 20 ans de l’explosive judokate Faiza Mokdar, fraîchement vice-championne d’Europe junior. Ophélie Velozzi et Martha Fawaz seront également alignées. L’occasion est belle de grimper dans la hiérarchie nationale en l’absence de la vice-championne olympique Sarah Cysique.

-63 kg

En l’absence de Clarisse Abgegnenou, c’est Manon Deketer qui semble la combattante française la plus expérimentée. Agathe Devitry, Rania Drid et Mélodie Turpin, récente championne d’Europe par équipes juniors, l’accompagneront.

-70 kg

Marie-Eve Gahie, championne du monde 2019, est la tête d’affiche. Elle aura une occasion de marquer des points en l’absence de sa rivale Margaux Pinot. Kaïla Issoufi, Clémence Emé et Lucie Jarrot prendront également part au tournoi.

-78 kg

Ni la vice-championne olympique Madeleine Malonga, ni sa rivale Fanny-Estelle Posvite, ne prendront part à la compétition. C’est Audrey Tcheuméo qui portera les espoirs français. Double médaillée olympique, la taulière Audrey a remporté ce tournoi à quatre reprises (2011, 2015, 2017, 2018) ! Elle sera épaulée par Habi Magassa et Liz Ngelebeya.

+78 kg

Malgré l’absence de Romane Dicko, les Françaises pourraient bien truster le podium de cette catégorie. Léa Fontaine, désormais triple championne d’Europe junior, est de plus en plus forte, Coralie Hayme, désormais vice-championne d’Europe junior, montre de belles dispositions, et Anne Fatoumata M’Bairo et Julia Tolofua sont des combattantes expérimentées à ce niveau.

Bruno Roujon

Une réflexion sur « Sélection pour le Grand Chelem de Paris (16 et 17 Octobre) : le choc des générations »

Les commentaires sont fermés.