Titre mondial junior pour Coralie Hayme : quelle densité française en + 78 kg !

Comme nous l’avons déjà écrit à de multiples reprises, la catégorie féminine des +78 kg est d’une extrême densité en France. Coralie Hayme, en remportant brillamment le titre mondial junior, vient encore de nous en fournir une éclatante illustration.

Depuis la troisième place de Romane Dicko aux Jeux de Tokyo, aucune compétition n’a échappé aux Françaises dans cette catégorie : victoire de Léa Fontaine aux Championnats d’Europe junior, victoire de Stessie Bastareaud à l’Open européen de Sarajevo, victoire de Julia Tolofua au Grand Prix de Zagreb, et ainsi, last but not least, victoire de Coralie Hayme aux Championnats du monde junior, aujourd’hui à Olbia (Italie). Il ne manquerait plus qu’une victoire de Tahina Durand aux Championnats d’Europe U23 et d’Anne-Fatoumata M’Bairo au Grand Chelem de Paris pour compliquer définitivement la tâche de sélection de la cellule haute performance dans cette catégorie.

Une prestation parfaite de Coralie aujourd’hui. Victorieuse de la Lituanienne Justina Kmieliauskaite par ippon au deuxième tour et de l’Ukrainienne Ruslana Bulavina sur le même tarif en quart de finale, Coralie domine en demi-finale, à nouveau par ippon, la Turque Hilal Ozturk, qui avait battu au tour précédent la favorite Léa Fontaine, finalement troisième.

En finale, c’est la solide Néerlandaise Marit Kamps qui se dresse sur la route de Coralie, pas du tout impressionnée. Parvenue à faire pénaliser son adversaire à deux reprises pour non-combativité, Coralie marque waza-ari à 17 secondes de la fin du temps réglementaire sur tai-otoshi.

Les Mondiaux junior sont globalement réussis pour la France, malgré quelques déceptions. Outre l’or de Coralie et le bronze de Léa en +78 kg, à noter la médaille d’or de Chloé Devictor en -52 kg et les médailles de bronze de Faiza Mokdar (- 57 kg), Romain Valadier Picard (- 60 kg), Maxime Gobert (-66 kg) et Maxime Ngayap Hambou (- 90 kg).

Pour en terminer avec les + 78 kg, nous sommes tentés de dire qu’avec une telle densité, et malgré la présence de la Japonaise Akira Sone, championne olympique à Tokyo, à Paris 2024, ce doit être, pour la Française qui s’extirpera de cette incroyable concurrence, l’or sinon rien.